Restons-en là !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un phénomène étrange qui continue de me tarauder, et ce, malgré les années et les expériences qui défilent. Je parle de la fâcheuse tendance qu’ont certaines personnes à offrir une disparition silencieuse en guise de rupture. J’ai bien réfléchi au sujet, j’ai demandé autour de moi, j’ai lu un peu de littérature sur le sujet, et j’en tire au moins une conclusion : en 2011, on pourrait croire en une certaine évolution des mœurs et une maturation dans les relations amoureuses, mais non : les gens continuent à disparaitre de la vie de l’autre sans rien dire pour « faire comprendre » que l’histoire est terminée.

DE LA DOULEUR D’ÉGO. Pour l’avoir subi il y a peu, je dois avouer que je suis offusquée et en colère, mais peut-être pas pour les raisons que vous pensez… Oui, c’est moins mon cœur qui a souffert que mon égo, vous savez, cette petite chose que l’on met des années à construire, à nourrir et à entretenir pour réussir à avoir confiance en soi et à avancer dans la vie ? Et c’est là-dessus que j’aimerais faire passer un message. Disparaitre en silence de la vie de quelqu’un avec qui on avait une relation d’ordre romantique, c’est pire que d’abandonner un chien sur une aire d’autoroute, parce que Rex, quand on le laisse, je suis assez certaine qu’on lui fait une dernière tapote sur la tête avant de remonter en voiture et partir. Placé dans cette situation, une fois qu’on a bien vérifié que l’autre est vivant (l’étape du doute), et qu’on a donc compris qu’on a été vulgairement « oublié(e) », on se sent littéralement placé au niveau d’un animal, voire encore pire. On n’a même pas le droit au minimum humain vital : communication, respect et reconnaissance. Alors, pour quelqu’un qui voulait supposément éviter de faire des vagues ou de blesser l’autre… C’est un peu raté non ? Encore plus que de la lâcheté, je pense que c’est de l’égoïsme, de l’inconscience et de la violence que de refuser à l’autre son statut d’être humain en ne lui offrant que son silence.

DES HOMMES VS. DES FEMMES. Petite parenthèse pour préciser que je refuse de tomber dans l’accusation facile et trop souvent utilisée qui consiste à dire que ce sont majoritairement « les Hommes » qui font subir cela « aux Femmes ». Force est de constater que des personnes des deux sexes ont déjà vécu telle expérience. À la limite on peut éventuellement parler de comportement « Masculin » vs. « Féminin » si l’on considère que chacun est constitué d’un mélange des deux propre à soi. Je parlerai donc « des Gens » et non pas « des Hommes », comme je l’ai beaucoup trop entendu dire.

DE LA RENCONTRE. De mon point de vue, le fait que deux personnes, au même moment et au même endroit, aient envie d’être ensemble et de tenter de construire une relation est un fait rare et extraordinaire, voire magique. Oui, je suis une éternelle romantique idéaliste et utopiste, et je le revendique pleinement et en toute sérénité. Une rencontre a donc plus de chance de se terminer sur une rupture que l’inverse, et je pense que tout le monde en est conscient et accepte ces règles. Je pense également que la fin d’une histoire, courte ou longue, intense ou « plate » [en québécois dans le texte], fait partie prenante du jeu romantique, et que chacun est capable de survivre à une telle épreuve, plus ou moins rapidement certes, en fonction de sa propre capacité de résilience.

DE LA RUPTURE ET DU PROCESSUS DE DEUIL. Face à l’annonce ou au constat d’une rupture, le deuil relationnel peut provoquer des états comparables à ceux de la mort d’un proche”. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Wikipedia, mais je pense que tout le monde est d’accord avec cela (oui ? non ?). Selon Deits (1999) : “la détresse qui suit la rupture amoureuse ressemble étrangement à celle ressentie lors du processus de deuil. La personne peut traverser plusieurs étapes soit  le choc, puis la dénégation et le retrait, suivi de la reconnaissance et la douleur, et conclure avec l’adaptation et le renouvellement. Bien entendu, plus la relation était significative, plus grand sera le deuil” (extrait de « Comment surmonter une rupture amoureuse« ).  Au passage, si vous voulez en savoir plus sur les étapes du deuil, allez voir le travail d’Elisabeth Kübler-Ross. On nous dit aussi que “dans tous les cas, pour que le processus du deuil devienne actif, la condition est que le changement soit non-désiré”. Or, dans le cas qui nous préoccupe aujourd’hui, le silence de l’autre empêché le processus de deuil car il n’offre pas la seule condition nécessaire : en effet, la personne finit par en arriver à la conclusion que rupture il y a, après maintes et maintes et vaines interrogations, et décidé alors que c’est termine. Il ne s’agit pas d’un changement non-désiré, il nous est infligé « par défaut », c’est différent. Je ne sais pas pour vous, mais pour fermer un cercle et passer à autre chose, moi j’ai besoin de dire les choses, notamment en énonçant à l’autre, toujours silencieux, et qui le restera, que l’histoire est terminée. Brèfle de talivernes, en n’offrant pas à l’autre un message clair, on ne lui permet pas de commencer son « deuil » de manière consciente et constructive. Au lieu de cela, on le laisse errer à ses interrogations et ses inquiétudes. Et surtout on le blesse de manière plus profonde et traumatisante que le message en lui-même. L’abandon silencieux de la relation laisse une trace indélébile bien plus traumatique qu’une « simple » ou qu’une « traditionnelle » rupture sentimentale.

DE LA MÉTHODE. Cependant, la manière avec laquelle un individu est « poussé » hors d’une relation peut avoir un impact traumatique plus ou moins grand. Et je tiens à discuter ici aussi de cette question de « méthode de rupture ». Il y a une forte croyance sociale qui met beaucoup de pression sur la majorité des gens concernant les « explications » à donner. Dans le cas d’une relation longue, où des engagements ont été pris, effectivement rompre avec une discussion et quelques explications parait normal, sain et respectueux de l’autre. Mais dans le cas de relations plus légères, débutantes ou moins engageantes, je n’ai personnellement pas besoin de savoir « pourquoi » la personne me quitte. Il me parait normal que la personne réalise au bout de quelques semaines ou quelques mois qu’elle n’a tout simplement pas envie d’aller plus loin, voire que certains aspects de ma personnalité ou de ma manière d’être au quotidien sont insupportables. Cela nous est déjà arrivé à toutes et à tous, n’est-ce pas ? Ce moment où, quoique l’autre fasse ou dise, on a envie de lui mettre des claques et de partir en courant ? Et quand cela vous arrive, êtes-vous capable de vous expliquer à vous-même le pourquoi du comment, au-delà des excuses du genre « il a une voix de fille » ou « elle a un grain de beauté énorme sur la joue » ? Alors comment voulez-vous pouvoir l’expliquer à l’autre ? Mission impossible. L’unique et réelle explication est que, même si l’autre est très gentil, intelligent, sympa, etc. cela ne « fit » pas comme ça devrait, il n’y a pas d’alchimie, pas de ressenti. Point barre. Et l’étape suivante logique est d’en conclure qu’il vaut mieux ne pas continuer, tout du moins pour les personnes normalement constituées qui ne restent pas avec quelqu’un qu’ils n’aiment pas simplement par peur de rester seuls [mais ceci fera l’objet d’un autre billet…].

DU MÉDIA. Je sais que la culture populaire s’offusque de certains médias de rupture, et je crois que cela a pu créer une augmentation de l’anxiété liée au fait de rompre avec quelqu’un. Je vais prendre l’exemple d’un épisode de Sex and The City pour illustrer mon propos. Dans la saison 6 pendant l’épisode 7, Jack Berger rompt avec Carrie en lui laissant sur un Post-It le message suivant : “I’m sorry. I Can’t. Don’t hate me.” [Traduction : “Je suis désolé. Je ne peux pas. Ne me haie pas.”] dont voici la scène, « the Post-It breakup » :

Très en colère, tout l’épisode tourne autour de cette horrible manière d’avoir rompu avec elle. Petit bonus humoristique, comme tout être humain normalement constitué, après une rupture on rameute les copains et les copines et on va s’en coller une et tous les moyens sont bons. C’est ainsi que Carrie se fait choper par la police en train de fumer un pétard, mais je vous laisse voir comment elle échappe à l’incarcération maximales dans cet extrait, « Carrie & Samantha gets high » :

Bien qu’hilarantes, ces scènes transmettent un message perturbant et paralysant pour celui qui souhaite rompre avec quelqu’un : Oh mon dieu ! Berger a Scan-Da-Leu-Se-Ment rompu avec Carrie sur-un-Post-It ! Personnellement je préfère largement que le message soit transmis, et donc reçu. Peu importe la manière de le faire.

DE L’HUMILITÉ. Enfin, je pense sincèrement (et naïvement) que la majorité de l’humanité est profondément gentille et ne cherche pas à blesser autrui. On a tous déjà été dans cette situation où on a « peur de faire du mal » à quelqu’un sauf qu’on ne souhaite plus être avec ladite personne pour autant. Et là j’ai envie de nous rappeler à notre propre humilité : tout le monde s’est déjà remis d’une séparation, avec différents degrés de difficulté selon la durée et l’intensité de la relation en question, certes. Mais cessons donc un peu de nous donner plus d’importance que nous en avons réellement sur et pour l’autre : acceptons qu’ainsi va la vie, aussi bien pour nous, que pour autrui. Encore plus que de la lâcheté, je pense que c’est de l’arrogance que de refuser d’exprimer sa volonté de rupture de manière claire et directe.

En conclusion, cet été j’aurais volontiers reçu un texto disant « restons-en là » (13 caractères) plutôt que de devoir passer par toutes les étapes par lesquelles je suis passée, pour finalement en arriver à devoir moi-même mettre un terme à une relation que je ne souhaitais pas voir se terminer. Je me serais sentie moins bête, moins humiliée, plus respectée, et en bonus j’aurais pu profiter de mes vacances autrement en me faisant plaisir… Et oui : comme on dit un espagnol « un clavo saca otro clavo » [traduction : « un clou en sort un autre »] ! ;)

Quand j’ai posé la question sur Twitter concernant votre point de vue sur la rupture en mode Post-It, vous êtes plusieurs à m’avoir répondue que c’était toujours mieux que le silence… Et vous, qu’en pensez-vous ?

Les filles des 343 salopes

« On est en l’an 2000, j’ai à peine 19 ans, je viens juste de le rencontrer, et avec lui, c’est mes « vraies » premières fois. La pilule je la prenais déjà depuis plusieurs années, pour d’autres raisons que des « rapports réguliers avec un partenaire », donc au moins ça tombait plutôt bien: pas besoin de passer par la case gynéco pour pouvoir vivre librement nos ébats. Oui mais voila, j’ai eu rapidement le plaisir [ironie] de pouvoir cocher la case des statistiques morbides « je fais parti des femmes qui prouvent les 0,5% d’inefficacité de la pilule ». Alors qu’on vivait notre élan amoureux, notre jeunesse et notre enthousiasme sexuel débordant, ce gros coup de massue est venu nous frapper… sans prévenir, évidemment (sinon c’est pas drôle !).

Je viens d’une famille ouverte, éduquée et où le dialogue est sommes toutes assez libre. J’étais plutôt « informée » sur des sujets tels que la sexualité, la reproduction, les relations hommes/femmes, la psychologie, l’avortement (expériences vécues par mère, tante, grand-mère et même arrière-grand-mère!), les lois, etc. Et pourtant, j’ai accumulé les « erreurs » qui ont transformé un parcours déjà pas naturellement facile à vivre, en parcours de la combattante déchue.

Comment je m’en suis rendue compte? Tout simplement grâce à ma grand-mère, qui a toujours répété qu’elle savait qu’elle était enceinte instantanément car il lui devenait impossible de fumer et de boire du café. Alors… quand mon odorat est devenu un beau matin surpuissant et que j’ai été écœurée par la clope, le café et toutes les odeurs existantes… J’ai su. D’ailleurs, cet odorat hyper développé ne m’a pas quittée depuis. Weird. Mais comme l’intuition féminine ne fait pas tout, je suis quand même allée acheter un test en pharmacie, histoire de. Prise d’angoisse et de doute, je n’ai rien trouvé de mieux à faire que d’aller aux toilettes de la fac… Si vous connaissez les locaux de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, alors vous comprendrez pourquoi j’aurais largement pu attendre de rentrer chez moi!

D’abord j’ai été prise de panique, j’ai ressenti de la honte, de la culpabilité, du dégout, de la déception, de la tristesse, j’étais dépitée, désœuvrée. « MON PÈRE VA ME TUER ». En parler à ma mère (à qui je dis pourtant tout) ?! JAMAIS DE LA VIE ! A mes ami(e)s?! Ah non alors, trop la honte. Du coup il ne me restait plus personne à qui en parler… et donc je n’ai rien dit, à personne. Là, je suis encore assise sur la cuvette des chiottes de la fac avec le fameux bâtonnet devant les yeux. Les pensées vont vite, les images défilent, le corps lui, est tétanisé. Bon cocotte, va falloir passer à l’action là. Car oui, je n’ai jamais hésité et je ne me suis jamais posée la question quant à l’issue possible de « la chose ». Pour moi, c’était simplement impensable et impossible d’avoir un enfant à 19 ans avec un garçon que je connaissais depuis 1 mois !

D’ailleurs, bah oui, tiens, et le garçon? ou dois-je dire le « père »? Je suis toujours dans les toilettes. Il est chez ses parents en Normandie. Je vais dehors, je sors mon portable, je m’allume une clope. Coup de poing olfactif. Haut le cœur. « Yüüüüürk, c’est dégueulasse, écrase-moi cette chose que je ne saurai sentir ». Je l’écrase. Je l’appelle. Je tremble. Il répond. Je ne dis même pas bonjour. J’éructe un maladroit et brutal « je crois que je suis enceinte ». Gros silence, puis « Et… ». Ma première pensée (intérieure): t’as vraiment pas de couille mon pauvre, même pas capable d’énoncer les deux possibilités qui se présentent à nous tellement tu as peur. Je réponds: « et… il va falloir faire ce qu’il faut ». Et oui: moi non plus je n’avais pas les « couilles » de le dire à voix haute, bien fait: telle est prise qui croyait prendre! Réponse : « ok ». Moi : « … ». Pensées intérieures: OK ?! C’est tout ? C’est quoi ça ?! Espèce de gros connard de merde !! Euh… tu ne comptes pas revenir en courant à Paris pour… je ne sais pas moi: être avec moi, m’accompagner, me soutenir, même silencieusement. Gros naze. J’hallucine, et en plus tu es prêt à raccrocher, là maintenant, comme ça. Moi je vais bien à part ça, merci d’avoir demandé. Évidemment, je n’ai rien dit de tout ça à voix haute. J’ai encaissé. J’ai assumé. Seule… comme une grande, que je n’étais pas, bien entendu.

Bon, à partir de là tout s’est enchainée en mode « freestyle j’accumule la malchance ». Mon gynéco – qui a confirmé la grossesse 5 minutes auparavant avec un euphorique « ah oui! ça, vous êtes bien enceinte! je dirais même d’environ 5/6 semaines » – me parle maintenant comme si j’étais une menteuse inconsciente, car je lui ai dit que je souhaiter avorter. Il m’explique qu’à partir de là il ne peut rien faire de plus pour moi et que je dois contacter un hôpital ou une clinique. Merci. Au revoir.

Que faire, dans quel ordre, qui, quoi, où? À l’ère de l’hyper-information, de l’Internet, des associations de soutien en tout genre, etc. on pourrait croire que tout est accessible. Pourtant, je dois déplorer qu’à l’époque, complétement pétrifiée et choquée, je n’ai pas réussi à trouver un havre qui m’aurait accueillie, guidée et conseillée. En grande partie de ma faute, c’est vrai. Naïveté? Inconscience? Dramatisation adolescente? Manque de débrouillardise? Je ne sais pas, surement un peu de tout. Finalement, ça sera les Pages jaunes. Requête: « hôpital – service obstétrique – le plus proche ». J’appelle. L’appel le plus sympa que j’ai eu à faire de ma vie. Rendez-vous est pris pour dans 3 jours avec M. Obstétrique, M. Échographie et Mme Psychologie (c’est la loi). Ok.

Le jour J. J’attends 2h (ça commence bien). Réception glaciale, du personnel administratif aux médecins. Pas un regard, et surtout, surtout, pas de compassion. Il me pose les questions de son formulaire, coche des cases, ne commente rien. J’atterris ensuite chez M. Échographie, pas un mot. Bbrrrr, ce gel est froid… essuyez-vous. Il sort. Ok. Je passe ensuite dans le bureau de Mme Psychologie: « il faut établir votre profil psychologique afin d’évaluer votre capacité à prendre une telle décision en conscience des conséquences lourdes qu’elle peut avoir ». Autre série de questions, autres cases cochées. Verdict: je pense que vous réalisez ce que vous vous apprêtez à faire, j’autorise donc la procédure. La loi nous obligeant à vous donner un délai de réflexion d’une semaine… je vous revois mercredi prochain. Je suis ravie d’apprendre qu’en plus de ça, j’en ai encore au moins pour 10 jours à « être enceinte ». De manière très naïve, je ne m’étais même pas vraiment imaginée les détails précis, et pourtant: ça parait évident que ça ne se fait pas par l’opération du saint esprit, pas comme ce qui m’a mis dans cet « état ». Je vais bien. Tout va bien. Je suis au top.

Retour devant M. Obstétrique, il a mon dossier dans la main, le lis silencieusement pendant ce qui me semble être de très longues minutes. Un ange passe. J’espère que c’est lui qui viendra chercher et accompagner mon bébé dans la lumière. J’arrive à lire à l’envers une des cases « mono-embryonnaire ». PAF. Et si ça avait été des jumeaux? Est-ce que cela aurait changé quelque chose? Bizarrement, je crois que oui, mais pourquoi : c’est « plus pire »? moins supportable? Aucune idée…

Ah, le monsieur me parle maintenant, tout en griffonnant dans mon dossier. Comme personne ne m’explique rien, je commence à délirer intérieurement: qu’est-ce qu’il peut bien écrire (la liste de courses que Monique lui a demandé de faire avant de rentrer ce soir)? fait-il des mots croisés (H9: destination exotique en 7 lettres)? un gribouillage (ceux qu’on fait machinalement quand on parle au téléphone)… Il commence à m’expliquer, lascivement, qu’il existe 2 méthodes d’interruption volontaire de grossesse. Aaaaah, là tu m’intéresses, vas-y: développe, explique, cause (je t’autorise à gribouiller en même temps). Soit je prends des médicaments qui provoqueront une fausse couche, soit je passe sur le billard pour une « aspiration ». C’est la même chose. La première est plus douloureuse que la deuxième, mais plus naturelle, avec une possibilité d’échec certes, mais faible sur des sujets jeunes comme vous. Vous préférez quoi ? On dirait un caissier de McDo : « bon, mademoiselle, ça sera le menu 1 ou le menu 2? Avec ou sans frites? » (à prononcer à voix haute à la Élie Kakou). Est-ce que j’ai le droit de dire un WetMcChicken ? Nan hein? Ça ferait mauvais genre quand même, et je ne pense pas qu’il capterait le jeu de mot consistant à insister sur le fait que j’ai les chocottes, grave de chez grave. Je poule-mouille dans ma culotte.

Mon approche d’écriture humoristique-caustique-sarcastique n’enlève rien au fait que je ne prends pas du tout l’avortement comme une intervention, un choix ou une action à la légère, bien au contraire. C’est ce qui explique que j’aie choisis l’option no. 1. J’ai estimé qu’une « simple » opération était un peu trop « facile » (je m’endors, je me réveille, et hop là on n’en parle plus, comme par magie). J’ai donc préféré l’option « naturelle » qui me permettrait de sentir mon corps et par-là même de participer activement au processus de deuil. Donc, mercredi prochain, je reviens ici, je revois Mme Psychologie, et si je décide de procéder à l’intervention, ils me donneront les 2 premières pilules. Ensuite je devrai revenir le vendredi pour prendre la pilule « active » et rester sous surveillance environ une 1/2 journée.

Mercredi. Je passe, je parle, je décide, je prends les 2 pilules, je rentre chez moi.

Jeudi. Je ne me sens pas très bien. J’ai des poussées de tachycardie. J’ai peur. Et si quelque chose clochait. Ma mère est dans le salon… Si elle savait. Ma sœur est au téléphone… Insouciante adolescente. Je suis aux toilettes (décidément… on y revient souvent à ces fameux WC)… victime d’une hémorragie assez colossale. Grosse flippe. MAMAN. Pas le choix, là je dois lui dire, et on doit aller dare-dare à l’hôpital. Je lui vomis la nouvelle en 4 mots, elle encaisse, elle assure, je ne suis plus seule, malgré l’angoisse, quel soulagement ! Finalement plus de peur que de mal, rien d’anormal. Je suis renvoyée chez moi à 2h du mat’ et dois être de retour à 8h. Mais cette fois, je dors bien pour la première fois depuis 15 jours: car demain matin, ma maman m’accompagne. Je ne suis plus seule.

Vendredi. J’ai pris la dernière pilule, maintenant il fait attendre le déclenchement de fausse couche. On est dans la chambre, ma mère me fait rire avec des blagounettes, mais surtout: elle me tient la main. Je passe les détails de ce qui a suivi, un peu trop gore et hardcore à mon gout. Résumons simplement en disant qu’en effet, je l’ai bien senti et vécu à fond. Et surtout: je ne regrette absolument pas d’avoir choisi de le faire par cette méthode. Par rapport à ma personnalité, c’est ce qui m’a permis de faire les choses bien, d’entamer mon deuil de manière positive et constructive, et de l’avoir accompagné -à ma manière- ce p’ti bonhomme.

Bon, la suite de l’histoire -car l’aventure hospitalière ne s’est pas arrêtée là- est que j’ai gagné 2 avortements en 1… c’était pas Noël, mais apparemment c’était ma fête! L’échographie de contrôle a montré que je devais quand même subir une aspiration car l’avortement n’était pas finalisé, donc pour éviter tout risque de septicémie. Vous deviez bien le savoir mademoiselle, le taux d’échec de cette méthode est de l’ordre de 30%. Ah oui, 30% quand même? Ah si seulement j’avais pensé à demander le chiffre exact correspondant à l’expression « faible taux d’échec » (ou si on m’avait mieux informée…), j’aurais peut-être pondérée ma décision différemment… Donc bon, 6 jours après, rebelote-pelote. Anesthésie générale, opération, salle de réveil. DOULEUR. La putain de sa maman (pardon). DOULEUR.

Bon, je passerai aussi sur le fait qu’ils ont laissé partir ma mère ce matin-là sans nous dire que je ne serai pas autorisée à quitter l’hôpital seule en taxi le soir. Je me suis donc retrouvée, dans la salle des urgences, groggy comme pas deux, à devoir décider à quel ami j’allais passer un coup de fil sympathique et surprenant. « Salut (ton le plus enjoué possible), dis-moi, je t’expliquerai, mais: tu peux venir me chercher à l’hôpital là tout de suite? Non, rien de « grave », ne t’en fais pas. Tu peux? Super, merci, je t’attends ici, merci, mille fois merci, je t’expliquerai oui, encore merci ».

Quoi qu’il en soit, voici les détails qui constituent mon témoignage concernant mon avortement. « Suis-je une mère? » … « Ai-je bien fait mon deuil? » … « Pourrais-je encore avoir des enfants? » … « Blablablu blabli ». À partir du moment où on veut aller bien, alors on va bien. Point barre. Au-delà des détails « techniques » traumatisants de mon avortement, je n’ai jamais eu aucun trouble du sommeil par la suite, ni aucun souci d’étique, ou de problème envers ma moralité ni mes valeurs. Par la suite, j’ai finalisé mon deuil de cette âme qui a voulu s’incarner et arriver sur Terre un peu trop tôt en faisant notamment un enterrement symbolique. Je l’ai également prénommé. Il s’appelle Erwann, il fait partie de moi pour toujours, et aujourd’hui il aurait bientôt 11 ans. Je suis une femme stable et équilibrée, j’ai subi un avortement, et je le vis bien.

Pourquoi raconter mon expérience, et ce, à visage découvert qui plus est? Je dois l’avouer, j’ai d’abord commencé à écrire sous mon pseudo et sans mettre de lien vers mon blog. Puis je me suis ravisée, car après avoir signé l’appel d’un « Miss K. » anonyme, je m’en suis immédiatement voulue de ressentir encore le besoin de « m’en cacher », j’ai de nouveau ressenti de la honte et de la culpabilité, comme si j’étais sale, pas présentable. Or, cette démarche (individuelle autant que collective) cherche justement à déconstruire ce mythe de la honte, de la culpabilité, du silence, du poids et des tabous entourant encore en 2011 l’avortement.

J’avais donc commencé à (d)écrire mon expérience par envie et besoin de catharsis thérapeutique, je ne pensais même pas forcement le mettre en ligne. Au fur et à mesure mon geste est devenu un peu plus engagé, voire même très engagé. Je souhaite appuyer la démarche initiée par les filles des 343. Je vais donc publier mon témoignage ici même, le publier sur mon blog avec un lien renvoyant sur ce site, et je publierai le lien sur mes réseaux sociaux. Ce n’est qu’un modeste apport, certes, mais j’y tiens, car si tout le monde se disait « ce n’est pas assez alors pourquoi le faire? », alors on n’arriverait jamais à aucun résultat, changement ou évolution dans nos sociétés.

Par contre, et au risque d’en choquer certaines, je ne souhaite pas associer mon engagement à du militantisme féministe. Sans forcément pouvoir expliquer pourquoi, cela me dérange. Peut-être que c’est parce que de mon point de vue, l’avortement est un acte intrinsèquement à la condition « d’être femme » (un homme, par définition, n’avorte pas). Il va donc au-delà de la lutte des genres en ce qu’il touche de manière complexe et intriquée à de nombreux domaines : reproduction des espèces, médecine, sciences, religions, étique, psychologie, politique, biogénétique, etc. Quoi qu’il en soit, je souhaite que mon témoignage vienne soutenir les rang d’une voix sourde qui souhaite provoquer une évolution psycho-sociétale. Avoir une grande gueule et s’exprimer librement : oui. Se battre pour une cause qui nous tient à cœur : oui.

Mon histoire est banale, nous sommes beaucoup à l’avoir vécue, et d’autres viendront également; mais nous sommes également toutes uniques et spéciales, et il est bon de se le rappeler. Alors aujourd’hui, c’est décidé: plutôt que de vivre cachée et en dissimulant ce « passé » qu’on n’est supposées ne dévoiler qu’avec une certaine gêne et strictement dans notre sphère intime, je le dis haut et fort: J’AI AVORTÉ DANS LES ANNÉES 2000 ET JE VAIS BIEN ! »

:: Témoignage publié dans le cadre de l’appel « IVG, je vais bien, merci! » lancé par « les filles des 343 salopes » ::
:: Lire l’Appel -> « IVG, je vais bien, merci ! » ::
:: Accéder au Blog -> « Les filles des 343 salopes » ::
:: Lire le Manifeste du 5 Avril 1971 -> « Le Manifeste des 343 » ::

Son

« Silence »

Wishing for the stars to smile
Instead of some unknown tears to shine
Feeling my soul tired
Deeply angry, deeply hurt
No reason, no doubt…

Underneath the silence: a wander
The way it goes in a human head
Waiting for someone that never came
Regretting those who already left…

Broken from inside out
Who will bring the moon to me?
Strangers laughing in the dark
Strangers waving at me…

Underneath the silence: a sign
Winking at me like destiny
My peers’ shallow emptiness
This world is not my home…

Hurt within my core,
Head over heels
‘Cause it never stops
It just goes on and on…

Feeling broke when nothing yet happened
Demons winning over my strenght…
Underneath the silence: an evidence
The only sign I shall see and listen to…

… they just don’t need to know me
… they just don’t want to know me
… they just don’t care to know me

:: Septembre 2006 ::
:: Montréal (Québec) Canada ::