Le #MojitoAddictForeverClub : kézako ?!

Yo les Cocos Bongos !

Comme souvent sur Twitter, ce délire est parti de pas grand chose : ici en l’occurrence d’une photo publiée par mister @ju_redswan le matin du 10 novembre à 8h, et dont voici la preuve incriminante : http://lockerz.com/s/154834374.

Soiffarde comme pas deux, j’ai RT en rigolant, et BAAAAAAAAM : force a été de constater que j’ai une sacrée bande d’alcooliques dans ma  TL, en tous les cas au moins autant que moi !

Ravie (autant que surprise) de réaliser ce fait, j’ai donc proposé que l’on se fasse de temps à autres de petites rencontres « MojiTwittesques ». Jouons aux experts du Mojito : chacun peut aller de sa suggestion de lieu pour déguster d’excellents mojitos lors de nos prochains rendez-vous !

La première fois, et sur la suggestion d’un passionné de Mojito (j’ai nommé : @sniperovitch) on s’est donné rendez-vous le samedi 12 décembre au soir à l’Évidence Bar. La soirée a été excellente (les mojitos aussi) et une vingtaine de personnes sont venus, de tous horizons.

Nous avons besoin de savoir à peu près combien nous serons pour réserver et pour permettre au patron de chaque bar d’aller cueillir de ses douces mains un nombre suffisant de feuilles de menthe dans les bois avant notre arrivée rocambolesque… C’est pourquoi une adresse a été créée pour pouvoir envoyer un emailing à tous ceux qui souhaitent être tenus informés des prochains meetings. Si vous souhaitez faire partie de la joyeuse troupe, veuillez envoyer vos coordonnées au : mojitoaddictforeverclub@gmail.com.

Par souci de respect de la vie privée, tout le monde est mis en CCI (pour le moment 50 personnes) et il vous suffit donc de répondre directement à la même adresse pour confirmer ou non votre venue. Si vous souhaitez ne plus recevoir les annonces de réunions : il vous suffit simplement d’envoyer un GENTIL email (nan mais c’est vrai quoi, faut être gentil dans la vie !) et je vous effacerai à tout jamais (à peine dramatique la fille…) de cette splendide liste d’Alcoolique Anonymes, auto-proclamés lors de notre première rencontre les : #MojiTwittos. Même si vous ne venez pas cette fois-ci, vous serez tenus informés de la prochaine session du #MojitoAddictForeverClub par email !

Enfin : si vous souhaitez inviter d’autres personnes, aucun souci, on n’est pas racistes… #QuoiQue… Par contre je dois simplement être informée du nombre approximatif ! Moi je dis : plus on est de fous, moins y’a de riz ! #huhu

Sur ce, à la prochaine… #OuPas !

Signé : @elikxir
A.k.a. « Maman du #MojiTwittos »

———————————

PS : j’en profite quand même pour préciser que l’Évidence Bar est une excellente adresse pour les Mojitos, pas chers, bien servis, avec fraises et framboises si vous le souhaitez, et avec en bonus en cuisine des saucissons au fromage et des vrais galettes bretonnes vraaaaaiment excellentes (pour éponger l’alcool notamment… #Ahem). Je vous laisse leurs coordonnées ci-dessous :

L’Évidence Bar
132 Boulevard Charonne 75020 Paris
Twitter : @Levidencebar
Facebook : L’Évidence Bar

Colors Impro

Ce week-end j’ai été invitée à un spectacle d’improvisation, et sans vraiment savoir de quoi il retournait, j’ai accepté. Ni une, ni deux, accompagnée de @Poupimali et @paumeeaparis, nous voila parties pour de nouvelles aventures, yatzee !! Arrivées devant le Théâtre du Gymnase, de drôles de gens avec de drôles de chapeaux colorées nous demandent de remplir un papier en choisissant un thème et une couleur… Intriguée, je m’y colle, non sans une délectable impatience.

Le concept de « Colors » est génialement simple : chaque improvisateur a sa couleur et présente son personnage en début du spectacle. Ensuite a lieu le tirage au sort des thèmes choisi auparavant par le public, la sélection (par l’auteur du thème) de 3 couleurs/improvisateurs qui présentent chacun un début d’histoire en 10 secondes. L’histoire sélectionnée gagne le droit d’être improvisée sur scène… Je n’en dirais pas plus, c’est à vivre, à ressentir et à rire en direct live !

Nous avons eu l’honneur de voir sur scène : Miss Emerald (Mû), Mister Yellow (Franck Porquiet), Mister Purple (Esteban Perroy), Mister Turkoïse (Garo Fakrajian), Mister Orange (David Garel) et en Very Special Guest Star « Miss White » : Magalie Madison, plus connue comme « Annette » de Premiers Baisers. On peut avoir envie d’en rire, mais après avoir vu ses performances sur scène dans un environnement qui ne lui était pas familier : je pense qu’il est temps de ranger Annette dans un placard et de considérer Magalie Madison à part entière.

Car l’exercice qui lui est demandé est périlleux, étant comédienne et non pas actrice d’improvisation. Je n’étais pas certaine de faire la différence avant de voir « Colors », pourtant maintenant c’est très clair, et je suis encore sous le charme de cette forme d’art instantanée et surprenante. Renouvellement permanent d’une inventivité sans fin, c’est tout simplement beau.

De rires en fous rires, le tout accompagné en musique live par le fort sympathique groupe « Gingerdread », nous avons épluchés les thèmes suivants: mon 1er carnaval à Rio, Ail, Avoir le Crâne entre 2 Rames, Crêpe Nutella, Chasse aux Trésors, Je suis un Boulet, L’Odeur des Chaussettes après le Foot, La Mienne est plus Grosse que la Vôtre, Piment du sud et enfin : Les Réseaux Sociaux ! Pur fruit du hasard car nous n’y étions pour rien !

D’ailleurs c’est assez amusant de voir le traitement qui a été fait du sujet. Il suffit de regarder les débuts d’histoire proposés par Miss Émeraude et Miss White pour voir que le mystère plane toujours autant sur cette Bulle « Social Media » :

Donc, les réseaux sociaux improvisés par Magalie Madison, ça donne : un tueur en série, de la rencontre en ligne, une boucherie maison, des couteaux laguioles, des zombies, des squelettes dans les placards, le tout via Facebook !

J’avais délibérément évité de rechercher plus d’informations sur ce spectacle, afin d l’aborder avec la primeur et la fraicheur d’une novice, et j’ai été agréablement surprise, positivement enchantée et incroyablement emballée par le concept, l’organisation et les improvisateurs présents sur scène. De scénettes en scénettes, la magie opère et surtout le talent s’impose, avec des rappels subtils des thèmes précédents et de délicieuses mise en parallèle. J’ai été subjuguée par l’art de l’instantanéité, la culbute du rebond, l’exercice d’équilibriste qui rapproche ces artistes sur scène… Assurément c’est un spectacle à ne pas manquer, je vous recommande chaleureusement d’aller voir « Colors » !

Pour avoir un petit aperçu avec les quelques photos que j’ai prises lors du spectacle du samedi 9 juillet : Colors Impro.

Et je suis ravie de pouvoir vous proposer des entrées à moitié prix, soit 17€ au lieu de 34€. Contactez-moi via Twitter (@elikxir) !

———————-

INFOS UTILES

QUOI ? « Colors » c’est 130 représentations en 3 ans, 130 invités, déjà plus de 20.000 spectateurs et 2 Casino de Paris.

COMMENT ? Ce spectacle a été créé, mis en scène et produit par Esteban Perroy et Franck Porquiet, avec les comédiens pros de l’EFIT, École Française d’Improvisation Théâtrale, et chaque soir un nouvel invité surprise (Mister ou Miss White).

QUAND ? Du 1er Juillet au 6 août 2011 au Théâtre du Gymnase (Paris 10ème – Métro Bonne-Nouvelle), les jeudis, vendredis et samedi à 22h30. Réservations au 01.42.46.79.79.

QUI ? Parmi les derniers invités surprise reçus : Zoé Félix, Laurent Gamelon, Bérénice Béjo, Nicolas Briançon, Valérie Karsenti, Fred Bouraly, Agnès Soral, Aurélien Wiik, Alain Bouzigues, Philippe Lellouche, Philippe Duquesne, Rona Hartner, Vérino, Les Bonimenteurs, Isabelle Mergault, Eric Savin , Chantal Ladesou ou encore Vincent Moscato.

En dehors de ces représentations exceptionnelles de l’été, vous pouvez également les voir tous les dimanches de l’année, comme l’explique la bande-annonce de la saison 2010/2011.

Et pour encore plus d’infos : Facebook « Colors »

D’âme à Rame

Bras ballants, courbé, alourdi par le poids des fardeaux invisible qu’il porte à même le dos, il monte à La Motte-Piquet-Grenelle, s’appuie contre la porte opposée, son regard fixe visant un point invisible. Dans sa main gauche, un cintre enveloppant un habit précieux, un costume endimanché, une parure qui lui est chère. Dans l’autre main, ses doigts s’agrippent fermement aux anses cordées d’un sac Nespresso au contenu plutôt lourd, une nouvelle machine pour agrémenter sa cuisine ou un nouvel accessoire pour offrir à la fille de sa cousine, qui se marie samedi. Ses bras sont lourds, aussi lourd que cette alliance qu’il porte toujours, incapable de se résoudre à l’abandonner. La ranger avec l’autre, la sienne, son double, dans un tiroir… impossible. Les vendre… impossible. Il a décidé de la garder au doigt, ne sachant quoi en faire d’autre. Il se dit qu’à leurs âges, ces dames comprendront que cela ne compte plus, ou plus vraiment de la même manière. Les promesses ont changé avec l’apparition des rides. Le visage hâlé, plutôt bel homme, seul ses yeux trahissent son désarroi et sa solitude. Les traits fins, plutôt « vieux beau », il se demande s’il y a encore une vie après l’amour, ou plutôt s’il y a encore de l’amour après la mort, ou inversement, enfin bref, il est confus, désemparé, il se demande… Ses chaussures en cuir noir brillent, il est en train de les « faire » de telle manière qu’il puisse danser sans souffrir samedi. Cela fait tellement longtemps qu’il n’a pas eu l’occasion, ou plutôt accepté l’invitation, d’aller à une fête et de pouvoir faire danser d’autres sextagénaires du sexe opposé. Un sourire en coin apparaît, ses yeux se plissent de manière imperceptible, puis tout aussi discrètement, ses traits se froissent, le rictus se rigidifie, ai-je le droit d’avoir envie de danser avec quelqu’un d’autre qu’elle ? Saint-Sébastien Froissart. Il descend. Fin de notre altercation virtuelle et invisible au carrefour d’un wagon de métro et de deux vies. Nos chemins se séparent de nouveau, nos pas s’en vont chacun dans leur direction, ni opposées, ni perpendiculaires, juste différentes. Adieu Monsieur Nespresso, merci pour ce moment futile et imperceptible, merci d’être et merci d’avoir nourri mon imagination en quête d’aventures intérieures improbables.

20120511-175814.jpg

Blogging… Tentative No. 3

Chères lectrices, chers lecteurs,

Cela fait maintenant plusieurs années que j’écris, toute seule dans mon coin, quand l’envie m’en prends, et que j’accumule des pages et des pages [et des pages] de lettres électroniques en mode binaire, en minuscules et en majuscules, en noir et en blanc, en format Word. Pas de quoi saturer mon disque dur non plus [ouf !], mais je pense qu’il est temps de sauter le pas et de « publier » [au moins électroniquement pour commencer…] quelques uns de ces textes. Ne dit-on pas : « jamais 2 sans 3 », je n’allais quand même pas faire entorse à la règle ! Sommes toutes, je suis quelqu’un d’assez docile…

Et je vais commencer ici et maintenant [hic et nunc] avec une confession assez intime, sortie tout droit d’un constat difficile et long à établir, mais également dur à accepter, et qui m’aura valu « quelques » [ironie latente] séances de thérapie, hehehe. Roulement de tambours… Mon problème principal est le suivant: je commence à écrire, j’ai des idées, j’écris facilement (et beaucoup!), mais… je ne vais jamais jusqu’au bout des choses… je ne fignole pas, je ne relis pas, je ne corrige pas, je ne termine pas le texte, je ne le rends pas « publiable »… Sounds familiar ?! ;)

Aujourd’hui je pense avoir compris d’où cela venait (oui oui, j’ai bien utilisé l’imparfait), et force m’est de constater qu’il s’agit en fait plutôt d’un symptôme que d’un problème. Mais un symptôme qui fait autant de ravage qu’un tsunami enragé ! Et cet océan de marées [hautes et basses] est situé à la croisée de plusieurs confluents ravageurs.

Tout d’abord, il y a l’arrivée abondante et naufrageuse du fleuve « égo« . Apriori pas trop surdimensionné, quoique… ou tout du moins mal placé, ça c’est certain. Il hésite, il rechigne, il recule… Peur de réussir ou goût de l’échec ? Peur d’affronter son lectorat en faisant face à un miroir aux milles reflets : de lueurs acerbes en éclats irisés. Par peur de croiser la seule gorgone qui soit mortelle, il s’auto-pétrifie, détruisant alors sa seule chance d’en ressortir vivant et triomphant. Alors que comme Persée, il pourrait ensuite offrir sa tête de Méduse pour renforcer le bouclier d’Athéna et ainsi devenir plus fort, plus puissant, plus apte à se défendre. Difficile de surmonter cette peur de se voir dans le miroir d’une eau qu’on aime limpide, calme et rassurante. Ce sont pourtant dans les remous qu’on trouve l’écume précieuse de la Vie telle qu’elle vaut la peine d’être vécue…

Vient ensuite la déferlante et la chavirante « perfectionite aiguë« . Celle-là même qui nous pousse à l’éternelle insatisfaction, à la perpétuelle procrastination. Cette tendance fâcheuse nous fait rentrer dans un cercle vicieux, tel un tourbillon de mer qui appâte notre navire et nous emporte au milieu de son œil où règnent le nul, le rien, le néant.

Enfin, la bouleversante et fracassante falaise de « l’obsessivite compulsive » se présente face à nous, tel l’ultime obstacle à dépasser pour avoir pied et toucher terre… Cette terre sacrée où des millions de personnes vivent déjà en paix et dans le respect des uns et des autres, s’autorisant leurs présences mutuelles. Et oui, la blogosphère et le monde de la littérature sont finalement accessibles à tous, ce qu’il en advient ensuite est un autre sujet.

Pour tout vous dire, mon blocage allait même au-delà de la capacité à publier ses textes en ligne… je n’ai jamais officiellement déposé mon mémoire à l’Université de Montréal… Mais shhhh, un jour je le ferai, promis, mais si, comme mon blog, que je vais maintenant rendre public, alimenter et mettre à jour régulièrement… je dis ca, je dis rien…

Tout cela pour dire que j’ai donc en ma possession une cinquantaine de simili-textes inachevés… Et environ 2/3 nouvelles idées/inspirations par jour… ET DONC : aujourd’hui c’est décidé, et je m’engage envers moi-même, mais également auprès de vous : je passe outre tous mes blocages, et enfin, ENFIN, j’écris et je me fais lire, sans attentes, sans peur, sans obsession, sans remettre au lendemain, sans froufrou, sans fioriture, éventuellement sans relire aussi [personne n’est parfait] ! Donc, fini les fausses excuses : le manque de temps, la surcharge de travail, la fatigue, les décalages horaires, les gueules de bois, les évènements et les soirées à organiser, les séances de bronzage à la piscine du toit à Dubai, les excursions à New York en mode dernière minute, les courbatures, les week-end à Beirut, les aventures rocambolesques sur le Dakar en Argentine, les escapades-ski à Mont-Tremblant, les euphories, les dépressions, les désillusions amoureuses, les blind date à Montréal, les speed date, les sites de rencontres, les plans foireux, les bonnes surprises, les naissances, les décès, les mariages, les invitations à torts et à travers, les amis qu’il faut consoler, la famille qu’il faut soutenir, les amants qu’il faut combler, les amants qu’il faut virer, les amants qu’il faut oublier, les séances cocooning en mode méditation-zen, les DVD sous la couette avec sa sœur, les séances shopping avec les copines, les barres de rire, les voyages d’affaire, l’addiction à Facebook, Twitter, Foursquare & Co., les cours de Zumba and so on… Attention, ne vous méprenez pas : je continuerai à faire tout cela ET à écrire ! Et oui, c’est bien de la Vie et des Expériences que l’on tire les plus beaux élans d’inspiration ;)

Sur ce, je m’en vais vaquer à mes occupations…

À bientôt !!

C.

:: 17th April 2011 ::
:: Paris, France ::

Blogging… Tentative No. 2

MangAvatar

Dear Readers,

I have been wanting to write about stuff for as long as I can remember, but I actually never took the time to write anything about… anything! For someone who claims she wants to become a writer… I guess it’s really not serious at all, and even overrated!

So here I am! At the very beginning of the year 2010, willing to take my keypad and to write to my computer (and to you) about my thoughts, my experiences, my laughs, my cries, my images, my people, my travels, my questions… In other words: ready to talk to the World.

I guess it’s a pretty self-centered activity, even maybe too egocentric ?! But what the hell?! It’s not meant only for me; it is also aiming at sharing something with you… You: my dear… dear…. dear Friends from all around the Globe.

I’m hoping you’ll take it as it is: a mix-up of writings, lyrics, poems, thoughts, notes and posts from a 28 years-old French-Argentinean woman who travels and move around  quite a lot (too much?!); currently living in Dubai (United Arab Emirates) after being a Montreal (QC, Canada) resident for almost 5 years; and who is trying to take it all in, without losing everything she has already done, seen, touched, been blessed with and so on…

Some might think it’s a Diary, some might think it’s useless, some others might also laugh and smile with my words… In any case, your comments are welcome, since -even though it doesn’t look like it- I’d rather have a dialog than a monologue !!

Hopefully I will succeed in posting and updating pretty often, at least regularly, but if I do it the same way as I do with going to the gym… maybe you’ll read something new from me around…  January 2011 !!

Anyway, let me welcome you with a warm hug and a big smile: welcome to my « Mozaik Diaries » :)

Have Fun, Enjoy & Keep Smiling !!

C.

:: 26th January 2010 ::
:: Dubai, United Arab Emirates ::