Montréal Carnavalesque

Bal en Blanc. Palais des Congrès. La soirée de l’année à Montréal.

15.000 personnes se sont préparées pendant un an pour ce party. Aller au gymnase, avoir un corps parfait, faire attention à ses cheveux, coupes et teintures fraiches, incroyables et pimpantes, quelques séances de bronzage, tenter le tout pour le tout pour répondre aux critères universaux de beauté : corps, tête et peau en accord parfait pour ce monde à la fois unique, spécial et magique. Chacun y va de son idée de la beauté et de la perfection, chacun décide s’il veut montrer beaucoup ou peu de sa peau, de son corps, de son être.

Carnaval des temps moderne: pendant cette soirée chacun peut être qui il veut. Je suis toi et tu es moi, nous sommes ensemble, en un même lieu, en un même moment, en un même son. Unisson fantastique de mouvements frénétiques et rythmiques… érotisme contrôlé, sensualité partagée, douce pornographie des corps qui se mélangent, des yeux qui se regardent et s’observent derrière les verres fumés des lunettes de soleil. Je regarde, tu regardes, on regarde, on se regarde, on est vus, mais pas reconnus.

Hier nous étions encore chez nous, en pyjama, en train de relaxer après une semaine de travail, en train de reprendre des forces pour cet unique dimanche de l’année, pour être prêt pour ces 12h de danse, où tous les êtres s’oublient et se laissent emporter par des rythmes sauvages, inconnus et incompréhensibles pour certains, doux, magiques et érotiques pour d’autres.

Qui es-tu ? Un avocat, un technicien Vidéotron, un danseur au 281, un postier, un ouvrier d’usine, un homme d’affaire. Qui suis-je ? Une esthéticienne, une personal trainer, une directrice générale des communications, une conductrice de bus, une professeure à Concordia, une informaticienne, une monteuse à la chaîne, une étudiante. Qui déciderons-nous d’être ce soir ? Un ange passe… en G-string, vêtu de ses deux seules ailes blanches et de ses bottes montantes assorties. Un Adonis en jean, torse nu, collier blanc et lunettes de plage. Une déesse du sexe, vêtue comme Lilou Dallas Multipass dans le 5ème élément. Une drag-queen d’un soir, chaussures compensées, 15 cm de talons, frou-frou et lunettes disco. Une fée distributrice de substances illicites…

Tout le monde est beau, c’est la soirée de l’année à Montréal, et tout le monde est beau, même moi ai ce droit ce soir là : tout le monde est beau, y compris moi. Ici tout le monde a la possibilité d’être beau à sa manière, ici tout le monde sourit, chacun a ses raisons et motivations pour être présent, mais tout le monde est réunit pour un même évènement, une communauté des sens, une communauté de beauté et de passion, une communauté hétérogène, mélange d’êtres humains qui sinon jamais ne seraient réunis ensemble en un même lieu et à une même heure.

Demain matin nous reviendrons chez nous, fantômes d’une nuit de beauté et d’érotisme, lunettes de soleil dans le métro, ouvrir la porte, entrer chez soi, ôter ses vêtements et accessoires magiques, ceux qui nous ont fait être quelqu’un d’autre le temps d’une nuit d’échappatoire et de rêve, aller dans son lit, ou bien remettre sa tenue quotidienne de travail, et repartir pour une autre semaine de travail, les pensées ailleurs, les oreilles encore bourdonnantes de ces décibels féériques, un sourire indécrochable malgré la fatigue. Vivement l’année prochaine que ça recommence.

Crescent Street. Jeudi soir. La journée des 5 à 7.

Concept unique et inconnu de moi avant de mettre un pied sur cette terre magique, le « Nouveau Monde  » qu’ils appelaient ça. Un nouveau monde… kind of. Dans une société où le travail est valorisé et où la majorité des gens travaillent beaucoup et sans compter les heures, la vie pourrait être triste et ennuyeuse. Mais si dans cette même société la fête, les réunions, la boisson et le temps de relaxation et d’oubli du travail sont aussi valorisés, alors la vie est loin d’être monotone et fatigante. Le jeudi, avant-dernière journée de travail, en sortant du bureau, il est temps d’aller prendre un verre ensemble, avec ses collègues, sorte de mini carnaval hebdomadaire où les rôles sociaux et professionnels habituels sont mis de côtés. Il y a deux heures tu te faisais appeler dans le bureau de ta chef directe pour te faire passer un savon pour avoir fait perdre 25.000$ à un client à cause d’un mauvais investissement. Maintenant tu trinques avec elle et vous faites des concours de bras de fer. Peu importe qui gagne ce soir, en ce même lieu, à cette même heure, demain est un autre jour où les rôles redeviendront ce qu’ils étaient.

Temps bâtard entre le loisir et le travail, temps personnel mais professionnel à la fois. Se réunir après avoir déjà passé 9 heures ensemble: « ça faisait tellement longtemps qu’on ne s’était pas vus »! Prendre des shooters ensemble, sentir l’alcool couler doucement dans nos veines, s’incruster dans notre sang et dans nos sens. Parler de tout, parler de rien. De soi? Pas trop. Des autres? Beaucoup. Du travail? Mmmmh, pas trop non plus. « -Tes enfants vont bien? -Oui merci, le plus grand entre au CEGEP dans un mois, il veut être informaticien. -Ah tiens! Mon aînée aussi, on devrait les matcher. -Et toi ma grande, ton chum te fait toujours des misères? -Aaaaah… je suis désolé, ça fait longtemps? -Ah donc tu es un cœur à prendre, on va bien réussir à te trouver quelqu’un au bureau, hehehe! -Bon, bah… ma femme va me remonter les bretelles si je ne rentre pas avant le souper, faque… j’m’en va chez nous, allez ma gang: bonne soirée hein! See you guys.

Momentos. N’importe quel vendredi soir. N’importe quelle période de l’année.

A l’intérieur, c’est les tropiques, au moins 45°C, des centaines de personnes collées les unes aux autres, transpirantes et dansantes aux rythmes effrénés d’Amérique du Sud. Merengue, Reggaeton, Bachata, Salsa, Cumbia, Vallenato, Tambores, Rock en Español… Délices du Sud et délices d’une saveur différente et caliente. Ici se réunit la jeunesse immigrante, avec comme objectif de se sentir au milieu de ses semblables tout en remémorant et en revivant son ancienne vie, là-bas, avant de partir ailleurs, loin, ici. Mélange perturbateur, mélange des cultures, le DJ tour à tour appelle chaque nationalité à se manifester… « -¿Donde están los colombianos? -¿los venezolanos? -¿los mexicanos? -¿los peruanos? -¿los cubanos? -¿los ticos? -¿y los chilenos? »… et voilà! ça y est! Le tour de l’Amérique du Sud est fait… Mmmmh… choix intéressant… et si on est « latino », mais pas de ces pays-là ? Alors il faut croire qu’on doit se taire et se fondre dans la masse, ou bien se sentir vraiment encore plus minoritaire que la sensation quotidienne que l’on peut ressentir en étant un étranger vivant déjà sur une terre « ajena »…

Etrangeté de la nature humaine que de toujours catégoriser et stéréotyper au maximum, il semble plus facile de réduire et de classer en catégories simplificatrices de la réalité sociale et culturelle plutôt que de respecter ces différences, pourtant réelles. Pourquoi chacun n’aurait pas le droit à son appel de présence, comme à l’école le matin. Imaginez la maitresse : « les Nicolas ? », et eux de répondre à l’unisson « présents », « les Nathalie ? », « les Dupont ? », « les Gonzalez ? », « les Ben Cherki ? », etc etc etc… Hehehe… c’est pousser un peu loin le bouchon j’avoue… mais quand même, je me demande comment se sentaient les Guatémaltèques ou les Brésiliens à Momentos…

Ah ! Je sais… ils ne venaient tout simplement pas ! Absence dont je me demande toujours aujourd’hui quelle était la raison. Parce que pendant la Copa America ou les Coupes du Monde de Football, alors là oui chaque nationalité apparaissait à Momentos, pendant la retransmission des matchs, chacun porte alors fièrement les couleurs de son pays… les brésiliens apparaissent… mais pas les guatémaltèques, mmmmh… et oui, leur équipe n’accède jamais aux premiers tours… mmmmh…

Minorité dans la minorité d’un continent qu’on pense homogène et similaire culturellement, d’où la notion de « latino »… Ne serait-ce que le fait que le Brésil parle portugais et non pas espagnol est tout de même déjà un grand fossé entre eux et les autres… Puis quand on y regarde de plus près, chaque pays est un individu fort de caractère, avec des modismes idiomatiques différents, entrainant parfois des confusions voire des incompréhensions entre mexicains et péruviens par exemple. Revenons à Momentos, où il fait toujours aussi chaud, chacun y va de son show personnel avec sa partenaire, retour en arrière et danse à deux, collés, serrés, le rythme les emporte en couple, et ils se laissent aller, tout en essayant d’impressionner la galerie. Tout un monde, celui qui danse le mieux, celui dont la novia est la plus belle, a le plus beau corps, est la plus intelligente et la plus gentille, luttes de pouvoir sur le dancefloor, les conflits se règlent à la danse, un peu à la IAM, le Mia Marseillais, et leur « tout s’arrangeait à la danse »…

Bienvenue aux Femmes sur Twitter !

On le sait, Twitter sait s’enflammer et faire sauter la baraque sur des sujets divers et variés (parfois pour peu, je vous l’accorde) mais pour une fois je vais y participer pleinement et en y mettant toute mon énergie ! Il faut de tout pour faire un monde, mais il a des limites au foutage de gueule et au discours destructeurs qui font resurgir des idées et des pensée d’un autre temps.

Quelle est le sujet de ma prise de parole véhémente ? Une vidéo de 3min53 publiée le 7 février 2012 (après JC, je précise) intitulée « Twitter et les femmes, par AuFeminin.com » et publiée dans la série « Les vidéos du succès de PPC & HK » (que j’apprécie habituellement beaucoup). Jusque là, tout va bien, le sujet m’intéresse. Je regarde la vidéo (et là vous faites pareil).

Le contenu de cette vidéo ? Une interview exclusive de Marie-Laure Sauty de Chalon, Présidente de AuFéminin.com, pour répondre à la question : « Les 7 raisons qui font que les femmes tweetent moins que les hommes ». Et là déjà, dès la 15ème seconde, le bât blesse… En effet, et comme le rappelle si bien @Poupimali dans son article « AuFeminin.com et l’archaïsme 2.0 » : en moyenne les femmes tweetent plus, sont plus populaires et suivent plus de personnes que les hommes. Je rajoute à cela qu’à priori, le profil type de l’utilisateur français de Twitter serait une Femme de moins de 34 ans, CSP+ et parisienne. Après avoir farfouillé divers infographies et données statistiques, la statistique la plus récente qui me semble représenter la réalité est que 10% des hommes-internautes sont sur Twitter, alors que 5% des femmes-internautes le sont.

Bon, à la limite, passons, car de toute manière le festival d’élucubrations est loin d’être terminé.

Je vous propose une petite analyse de texte, en mode simili-sémiologie ou méta-communication (on m’a dit que les gros mots ça fait bien, en France…). Je tiens à préciser qu’en retranscrivant l’interview, on réalise que les les phrases sont incomplètes et du coup font hésiter sur le sens… Mais pas tant que ça non plus ;) Ci-dessous une tentative de traduction, j’espère avoir été fidèle à la pensée de Marie-Laure Sauty de Chalon :

1) La peur d’oser : une appréhension à franchir le premier pas face au côté un peu « geek » de Twitter (comprendre : le geek est un homme, et les femmes ont peur… de l’ordinateur ? ou bien de l’homme ? ou encore du geek ? Mince, je suis perdue !).

2) L’éloquence : les garçons savent parler de manière improvisée et concise (comprendre : les filles ont peur et/ou ne savent pas s’exprimer correctement en public…).

3) L’esprit de compétition : sur Twitter on compte les followers et… il faut aller vite, ce que n’aime pas les femmes, la preuve dans le sport (heing ?) la seule compétition que les femmes s’inventent est celle de la perfection physique (les femmes préfèrent donc se crêper le chignon en s’arrachant leur sac-à-main Gucci pour arriver en haut du podium de l’élection Miss Camping 2012).

4) L’impossible anonymat, un frein à l’expression : les femmes préfèrent s’exprimer derrière des pseudonymes en étant cachées… (comprendre : sur Twitter, on est obligés de mettre sa photo contractuelle et l’anonymat est impossible… Ce qui est faux. Qui plus est, cette explication est invalidée par l’exemple de Facebook, où autant d’hommes que de femmes sont inscrits, et que par définition les gens utilisent en leur nom propre et sous leur réelle identité).

5) L’expression Monothématique : en 140 caractères on ne peut aborder qu’un seul sujet (le sachiez-tu ?!) or les femmes aiment parler à torts et à travers de plusieurs sujets en même temps (comprendre : l’expression monothématique nous est impossible) par contre (attention, ici : saut de logique implacable) les femmes faisant toujours plusieurs activités à la fois (en plus de parler de plein de sujets en même temps… ouhlala on est fortiches) mais tweeter en plus là c’est trop (c’est vrai qu’il serait dommage de mettre l’iPhone au four pendant qu’on repasse les fesses de bébés tout en téléphonant à Sarkozy « par inadvertance »…).

6) Le manque de sensualité : sur Facebook il y a un environnement (comprendre : pas d’environnement sur Twitter), des photos (comprendre : pas de photos sur Twitter), un truc (comprendre : pas de truc sur Twitter), alors que Twitter c’est sec, froid et clinique et donc pas très féminin (comprendre : les Hommes aiment le froid, le sec, le clinique… Oh oui, opère-moi !).

7) Les 140 caractères : les femmes aiment parler sur leur téléphone mobile, donc il leur est difficile de s’exprimer (à l’écrit) de manière concise, alors pourquoi vouloir nous limiter ? (et là j’entends Arlette : on nous spolie, on nous ment !).

Voila voila voila… J’utilise mon Joker concernant la présence en mode « apothéose finale » de cet invité de taille reconnu in-ter-na-tio-nal-ly pour sa misogynie son apport à la cause de la femme… Je vous laisse également apprécier par vous mêmes les a priori incroyablement sexistes et machistes contenus dans cette vidéo, à l’encontre des femmes… et des hommes ! J’en connais certains qui seraient heureux de se voir décrits comme des gros geek monotaskeurs froids secs et assoiffés du followers :) Je pense notamment à @mercredi_c_papa ou @LaurentNetTweet.

Aaaaaah !! Mais on me dit dans l’oreillette qu’une réponse a été publiée par Marie-Laure : « Les femmes sont-elles différentes ? » et qu’elle a même posté un tweet d’explication… (Attendez, je lis… vous aussi pas vrai ?) …………….. (7 anges passent) ………… Mouais, l’article ne me convainc pas plus que ça, je trouve qu’il détourne le sujet sur un autre sujet, tout aussi important pourtant. Il me parait évident que les Hommes et les Femmes ont des valeurs communes et des valeurs différentes.. So what concernant la présence sur Twitter ?! Par contre je trouve votre tweet bien plus explicatif et censé (même si, justement, je suis contre l’utilisation de logiciels comme TwitLonger qui faussent la règle des 140 caractères, on peut écrire plusieurs tweets de suite, c’est tout aussi compréhensible). L’un dans l’autre, je vais dans le même sens que vous concernant la nécessité d’évangélisation pédagogique de Twitter (et autres réseaux et médias sociaux) auprès des femmes (et des hommes), j’en ai même fait mon métier tiens tellement ça me parle !

Je pense qu’il existe différents types de femmes, aux valeurs différentes elles aussi (mince, n’appelle-t-on pas cela des in-di-vi-dus ?!) et je respecte l’existence toutes (et de tous), c’est ce qui fait la beauté d’une Civilisation Humanité, n’est-ce pas ? J’imagine également que beaucoup de femmes consultent le site aufeminin.com pour d’excellentes raisons et qu’elles y trouvent leur bonheur. Par contre je crois que Marie-Laure a oublié de descendre de sa tour de nacre brillante comme des diamants décorée d’étoffes en taffetas rose depuis trop longtemps… Ou tout simplement qu’elle a oublié qu’elle parlait sur un média public de grande diffusion (YouTube = plus d’1 milliards d’utilisateurs). D’ailleurs, j’ai même hésité à cliquer sur « Voulez-vous signaler cette vidéo comme pouvant offenser les internautes ? » car personnellement, en tant qu’Internaute (et Twittas !) je me sens particulièrement offensée par ces propos venant d’une supposée représentante des femmes 2.0. Je vous fais également remarquer que cette vidéo a été classée dans la catégorie « éducation »… Bizarrement je me sens plus bête qu’avant de l’avoir vue, et en bonus cela me rappelle les publicités « Moulinex : libère la femme » ou encore Seb qui disait fièrement : « Monsieur, vous qui aimez la bonne cuisine, offrez-lui une super cocotte ».

Guess what ?! Moi ma super cocotte à moi, justement : c’est Twitter ! Lieu d’information, d’échanges et de partage par excellence, j’y passe beaucoup trop de temps de manière à la fois didactique et humoristique, or, qui dit mieux que d’apprendre en riant ? C’est également une source de rencontres enrichissantes, de débats critiques et passionnés, et enfin, une des raisons principales de mon amour pour Twitter vient notamment de la délicatesse et de l’éloquence concise liée à l’amour des bons mots et du beau verbe ! Contrairement à ce qui est dit dans la vidéo, je trouve Twitter d’une sensualité élevée, de par ces jeux des mots constants, ces joutes verbales en 140 caractères, ce challenge de l’expression concise et respectueuse de la langue.

Pour celles et ceux qui ne le savent pas déjà, la question de l’égalité homme/femme est un sujet qui m’intéresse, pour diverses raisons comme par exemple le fait d’avoir été une cadre supérieure dans une industrie « typiquement » masculine, ou le fait d’avoir habité 2 ans au Moyen-Orient pour développer une activité commerciale ou encore le fait que je suis depuis toujours baignée dans des milieux sportifs à dominante masculine. J’ai assisté à plusieurs forums et salons dédiés aux problématiques sociales et professionnelles rencontrées par les femmes dans un monde dominé par un modèle patriarcal. Et ce que j’entends dans les débats entre femmes est majoritairement bien plus stéréotypé sur elles-mêmes et sur les hommes qu’ailleurs. Ce qui parait complètement paradoxal, et pourtant assez proche des propos de la vidéo, que je me permets de juger comme : insultante étonnante paradoxale, donc.

En conclusion, chère Madame Marie-Laure Sauty de Chalon, je veux bien croire que votre volonté n’était pas d’offenser les femmes (twittas ou pas) mais je vous reproche d’avoir choisi ces mots et cette méthode réductrice pour parler d’une problématique fondamentalement complexe. À aucun moment vous n’avez mentionné dans l’interview que vous parliez « au nom de vos lectrices interrogées dans vos forums », on comprend donc que vous parlez en votre nom propre. La prise de parole publique est un exercice périlleux, d’autant plus depuis l’existence de Twitter, média intellectualisant et certes impitoyable, et je reconnais que vous avez le courage de vous excusez et de reconnaître votre maladresse. Malheureusement je reste malgré tout sur une impression amère qui ne fait que confirmer ce que je pensais déjà vrai :  le pire ennemi de la Femme dans sa quête d’égalité est… la Femme. Pour moi le discours de cette vidéo est une honteuse régression archaïque pour l’image de la femme, mais également pour tous les utilisateurs de Twitter, hommes et femmes confondus. Avant de parler publiquement et de manière presque inintelligible des « 7 raisons qui font que les femmes tweetent moins que les hommes » je crois que j’aurais tourné 7 fois mon tweet ma langue dans mon four dans ma bouche.

Aux hommes et aux femmes qui liront cet article, si Twitter vous intrigue : créez-vous un compte, observer quelque temps, demandez des conseils à des gens qui connaissent déjà, puis jetez-vous à l’eau et essayez par vous-même ! Que votre profil soit anonyme ou non, peu importe, si l’outil vous est utile à quelque chose (veille, partage, échanges, rencontres, débats, lecture, écriture, etc.) alors gardez-le, la bonne nouvelle c’est que vous suivez qui vous voulez et vous êtes suivis par ceux qui apprécient ce que vous racontez ! Au pire : la désactivation d’un compte prend 5 secondes.

Bisous <3

Colors Impro

Ce week-end j’ai été invitée à un spectacle d’improvisation, et sans vraiment savoir de quoi il retournait, j’ai accepté. Ni une, ni deux, accompagnée de @Poupimali et @paumeeaparis, nous voila parties pour de nouvelles aventures, yatzee !! Arrivées devant le Théâtre du Gymnase, de drôles de gens avec de drôles de chapeaux colorées nous demandent de remplir un papier en choisissant un thème et une couleur… Intriguée, je m’y colle, non sans une délectable impatience.

Le concept de « Colors » est génialement simple : chaque improvisateur a sa couleur et présente son personnage en début du spectacle. Ensuite a lieu le tirage au sort des thèmes choisi auparavant par le public, la sélection (par l’auteur du thème) de 3 couleurs/improvisateurs qui présentent chacun un début d’histoire en 10 secondes. L’histoire sélectionnée gagne le droit d’être improvisée sur scène… Je n’en dirais pas plus, c’est à vivre, à ressentir et à rire en direct live !

Nous avons eu l’honneur de voir sur scène : Miss Emerald (Mû), Mister Yellow (Franck Porquiet), Mister Purple (Esteban Perroy), Mister Turkoïse (Garo Fakrajian), Mister Orange (David Garel) et en Very Special Guest Star « Miss White » : Magalie Madison, plus connue comme « Annette » de Premiers Baisers. On peut avoir envie d’en rire, mais après avoir vu ses performances sur scène dans un environnement qui ne lui était pas familier : je pense qu’il est temps de ranger Annette dans un placard et de considérer Magalie Madison à part entière.

Car l’exercice qui lui est demandé est périlleux, étant comédienne et non pas actrice d’improvisation. Je n’étais pas certaine de faire la différence avant de voir « Colors », pourtant maintenant c’est très clair, et je suis encore sous le charme de cette forme d’art instantanée et surprenante. Renouvellement permanent d’une inventivité sans fin, c’est tout simplement beau.

De rires en fous rires, le tout accompagné en musique live par le fort sympathique groupe « Gingerdread », nous avons épluchés les thèmes suivants: mon 1er carnaval à Rio, Ail, Avoir le Crâne entre 2 Rames, Crêpe Nutella, Chasse aux Trésors, Je suis un Boulet, L’Odeur des Chaussettes après le Foot, La Mienne est plus Grosse que la Vôtre, Piment du sud et enfin : Les Réseaux Sociaux ! Pur fruit du hasard car nous n’y étions pour rien !

D’ailleurs c’est assez amusant de voir le traitement qui a été fait du sujet. Il suffit de regarder les débuts d’histoire proposés par Miss Émeraude et Miss White pour voir que le mystère plane toujours autant sur cette Bulle « Social Media » :

Donc, les réseaux sociaux improvisés par Magalie Madison, ça donne : un tueur en série, de la rencontre en ligne, une boucherie maison, des couteaux laguioles, des zombies, des squelettes dans les placards, le tout via Facebook !

J’avais délibérément évité de rechercher plus d’informations sur ce spectacle, afin d l’aborder avec la primeur et la fraicheur d’une novice, et j’ai été agréablement surprise, positivement enchantée et incroyablement emballée par le concept, l’organisation et les improvisateurs présents sur scène. De scénettes en scénettes, la magie opère et surtout le talent s’impose, avec des rappels subtils des thèmes précédents et de délicieuses mise en parallèle. J’ai été subjuguée par l’art de l’instantanéité, la culbute du rebond, l’exercice d’équilibriste qui rapproche ces artistes sur scène… Assurément c’est un spectacle à ne pas manquer, je vous recommande chaleureusement d’aller voir « Colors » !

Pour avoir un petit aperçu avec les quelques photos que j’ai prises lors du spectacle du samedi 9 juillet : Colors Impro.

Et je suis ravie de pouvoir vous proposer des entrées à moitié prix, soit 17€ au lieu de 34€. Contactez-moi via Twitter (@elikxir) !

———————-

INFOS UTILES

QUOI ? « Colors » c’est 130 représentations en 3 ans, 130 invités, déjà plus de 20.000 spectateurs et 2 Casino de Paris.

COMMENT ? Ce spectacle a été créé, mis en scène et produit par Esteban Perroy et Franck Porquiet, avec les comédiens pros de l’EFIT, École Française d’Improvisation Théâtrale, et chaque soir un nouvel invité surprise (Mister ou Miss White).

QUAND ? Du 1er Juillet au 6 août 2011 au Théâtre du Gymnase (Paris 10ème – Métro Bonne-Nouvelle), les jeudis, vendredis et samedi à 22h30. Réservations au 01.42.46.79.79.

QUI ? Parmi les derniers invités surprise reçus : Zoé Félix, Laurent Gamelon, Bérénice Béjo, Nicolas Briançon, Valérie Karsenti, Fred Bouraly, Agnès Soral, Aurélien Wiik, Alain Bouzigues, Philippe Lellouche, Philippe Duquesne, Rona Hartner, Vérino, Les Bonimenteurs, Isabelle Mergault, Eric Savin , Chantal Ladesou ou encore Vincent Moscato.

En dehors de ces représentations exceptionnelles de l’été, vous pouvez également les voir tous les dimanches de l’année, comme l’explique la bande-annonce de la saison 2010/2011.

Et pour encore plus d’infos : Facebook « Colors »